Bandeau
Momo au-delà du 55 Nord
La grande aventure de Momo au-delà du 55 e parallèle Nord

Suivez Momo dans sa grande aventure dans le Grand Nord

logo article ou rubrique
Pêche au filet
Article mis en ligne le 7 août 2016
dernière modification le 31 août 2016

par Momo

24 juillet 2016
Mon ami Victor m’invite à participer à une matinée de pêche avec lui à Kuujjuaq.
Sa famille dépose un filet dans la rivière Koksoak et il s’agit d’y aller à chaque marée basse pour voir ce qu’il y a dedans.

Je suis très contente et j’accepte son invitation.

Mais quand il me confirme la journée et qu’il me dit qu’il faut qu’on soit sur place pour 7h30 un dimanche matin .... ouh làlà..... mais bon ça fait parti de l’aventure !

Je me prépare donc ce dimanche matin. Il fait gris et pas trop chaud. Victor me prévient de bien m’habiller contre les moustiques. Il y a en a beaucoup tôt le matin, il n’y a pas beaucoup de vent, donc ils seront au rendez-vous.

Arrivé sur place, nous croisons son frère qui lui est parti à la pêche avec son bateau pneumatique.

Nous marchons un peu le long de la rivière. Victor me dit de bien faire attention. Tout au long du rivage il y a des buissons, de la grosse végétation. Les ours noirs connaissent bien les endroits ou se trouvent des filets et donc des poissons. Il est fréquent de voir sortir un ours des buissons pour vouloir se chercher un poisson facilement.
La matinée est magnifique. Victor sort son matériel de pêche et allume sa radio. Que demander de mieux ? Une matinée calme, personne en vue. c’est génial !

Pendant que Victor pêche, je matraque les alentours de photos. La rivière est vraiment calme, aucune vague.
Le soleil commence a se montrer. Il fait un peu plus chaud.
Victor vérifie le filet. Il n’y a rien dans le filet non plus.

Victor me parle d’une forêt noire non loin de là. Cela m’intrigue. Je connaissais la forêt noire en Allemagne. Mais ici ? jamais entendu !
Nous décidons d’aller voir ça.

En partant, nous voyons de l’effervescence au quai. Des barges sont révisées, réparées. Tout doit être fin prêt pour accueillir les gros bateaux qui vont bientôt venir pour ravitailler le village en pétrole.

Nous arrivons au début d’un chemin que nous ne pouvons plus suivre avec la voiture de Victor. Nous continuons à pied.
En fait il s’agit d’une partie de forêt, à quelques kilomètres de là, qui a brûlé en partie suite à un gros feu de forêt. Il y a 2 ans il a fait tellement chaud l’été, que le feu est parti. Les pompiers avaient toute la difficulté à l’éteindre. En plus, le chemin pour y aller est assez cahoteux et étroit. Cela ne devait pas être facile.
C’est impressionnant ! Autant au début, tout est vert, tout est beau !
puis au fur et à mesure que nous avançons, tout est noir, gris. Quelques fleurs arrivent à pousser ça et là. La nature reprendra ses droits dans quelques années. On ne peut qu’imaginer l’ampleur des dégâts. Victor me dit qu’heureusement il y avait une butte rocheuse sinon le feu aurait continué vers le village tout près.

Je suis rentrée en fin de matinée chez moi. Nous y sommes retournés Victor et moi en fin de journée pour voir s’il y avait des poissons. Nous avons croisé à nouveau son frère qui est rentré de sa pêche en bateau pneumatique. Il a attrapé des truites. Il n’y avait rien dans le filet.

Ce fut une belle journée de pêche. Beaucoup d’habitants du village pratiquent ce mode de pêche au filet le long de la rivière Koksoak.